Je réalise que lorsqu’on est le lecteur de mon exploration, on peut vite imaginer que tout est joie et bonheur dans mon quotidien. Je vous rassure, je reste humaine et je vis 100 émotions par jour dont certaines (considérées comme négatives) pas toujours très agréables.
Tous mes ultra-forts-ressentis me permettent de grandir rapidement dans ma vie. Chaque journée est un peu un feu d’artifices qui m’envoie des émotions-informations pour ensuite revenir à la sérénité. Mon hypersensibilité est donc devenue une double force dans ma vie et dans mon métier.

Je voulais vous parler de la tristesse et des larmes qui semblent si négatives dans notre société alors qu’elles me semblent être la seule voix véritable du changement et du lâcher prise.

J’ai commencé à accepter de pleurer (sans me cacher) en 2011 (j’en parle d’ailleurs ici) avant je tenais bon et je gardais mes forces… technique relativement inefficace quand on compte le nombre de dépressions et de burn-out que j’ai vécu avant 30 ans :/

Entre temps, j’ai eu la chance d’apprendre à pleurer sur l’épaule d’un homme. Comme c’est agréable de ne pas jouer à « la plus forte » quand on est avec un compagnon de route qu’on aime. J’ai découvert le pouvoir des gros chagrins. Je n’arrivais pas vraiment à pleurer seule, mais dans ses bras c’était les chutes du Niagara. J’étais protégée alors je pouvais tout lâcher.

J’ai adoré la phrase entendu dans une série TV : « prendre quelqu’un dans ses bras quand il pleure, c’est bien, cela donne une limite à la souffrance ». Je trouve cela très juste, cela résonne en moi.

Tout ça pour vous dire que depuis ma séparation, il a bien fallu que j’apprenne à pleurer seule. J’ai réussi et j’avais juste envie de vous dire à quel point c’est essentiel de se laisser pleurer.
Si vous vivez un deuil vous vous accorderez le droit car c’est bien connu que la tristesse fait partie des différentes étapes du deuil… Alors quand vous voulez changer, pourquoi ne pas accepter que le principe est le même.

Larmes Citation OTL

Je vous invite donc à pleurer, beaucoup ou peu, tous les jours ou seulement les week-ends, dans la nature ou dans les toilettes du bureau mais pleurez !
Je vous y invite car c’est ce que je fais quasiment tous les jours depuis quelques temps (plus de 2 mois je pense). Je pleure car je vide mes croyances, mes vieilles vérités, mes attaches et je m’ouvre à d’autres possibilités. Parfois je pleure une seule et belle larme bien graphique (comme celle dans les films en gros plan) et parfois cela dure 1 heure. Il n’y a pas de règles, sauf une : ne rien garder à l’intérieur.

Cette période du printemps est propice au changement, alors pleurez et découvrez enfin que le lâcher prise est bien la conséquence des larmes et non pas une action à mettre en place <3

 

Remonter en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :