Il y a quelques temps, j’ai tenté de vous dire pourquoi nous avions choisi de nous séparer avec Mr Charming, mais certains n’ont pas compris … et je pense qu’à l’époque je n’avais compris que la moitié de ma décision. Puisque la vie est très bien faite, j’ai eu la chance de pouvoir vivre à nouveau quelques moments de bonheur et de souffrance pour pouvoir enfin découvrir l’amour inconditionnel.

Aujourd’hui, je vous parle de deuil et d’amour (et j’espère que vous comprendrez mieux).

En tout cas, j’ai vécu une révélation (je pense qu’on peut dire ça quand tout prend son sens et qu’on ne sait pas d’où ça vient).

Mon deuil s’est fait de manière étrange car une partie de moi savait déjà ce que Mr Charming et mon robot (de cerveau) ne voulaient pas mettre en lumière. J’avais déjà beaucoup écrit, pleuré, médité et pourtant il me restait encore un doute, un espoir. J’attendais d’entendre son choix entre peur et amour.

C’est face à des sushis sans goût qu’il a compris ce déni d’envie (en.vie) qu’il avait envers le « Nous » du couple. Il m’a permis de verser des larmes de tristesse et de soulagement. Nos mots (et nos maux) me permettent de vous partager la révélation que j’ai vécue. Voici mes mots pour lui. Je vous offre ces mots pour vous prouver que c’est possible : aujourd’hui je suis triste, joyeuse, sereine.

Je suis désolée de m’être attachée trop fort à ce Nous qui n’en était pas un. Je suis désolée d’avoir voulu te faire courir dans ma vie de bélier qui va vite. Je suis désolée d’avoir voulu te transformer (juste un peu mais quand même) pour que tu deviennes celui qui sera « fait pour moi ». Je suis désolée d’avoir cherché à t’imposer ma vérité. Je suis désolée de m’être prise pour ta mère (en même temps, elle est géniale, j’ai bon goût) et de t’avoir reproché d’être mon père (mais tu t’es mis au golf, alors c’est perturbant aussi). Je suis désolée de t’avoir fait porter mes souffrances et mon histoire, alors qu’elle est déjà bien poussiéreuse et lourde.

Pardon de t’avoir fait croire que tu n’étais pas parfait comme tu es. Pardon de t’avoir dit quoi faire au lieu de te laisser chercher par toi-même. Pardon de t’avoir fait douter de toi en te reprochant mes peurs et te faisant porter un costume qui n’était pas le tien. Pardon de t’avoir dit « je t’aime » en pensant « je t’aime, mais si tu pouvais quand même… ». Pardon de t’avoir mis la pression à courir sur un chemin où tu voulais flâner. Pardon de t’avoir fait croire qu’il fallait changer pour être aimé.

Merci de m’avoir fait ressentir cet amour tellement immense que je l’ai confondu avec le couple (en bonne hétérosexuelle que je suis…Il faut dire qu’il est bien sexy Mr Charming…quasi autant que dans les contes). Merci pour tous ces fou-rires. Merci pour ces discussions incroyables qui m’ont permise de me construire et de choisir d’assumer de devenir moi. Merci pour ton soutien qui m’aura ouvert le chemin de ma nouvelle vie professionnelle. Merci de m’avoir fait comprendre la différence entre l’attachement (c’est humain et c’est pour ça que je pleure encore quelques larmes en écrivant) et l’amour (je sais que tu es là en moi pour toujours). Merci de m’avoir fait comprendre que j’ai le droit d’être de ta famille (d’âme) mais pas en tant que femme dans un couple. Merci de m’avoir permis de pardonner aux hommes (après avoir pardonné aux agresseurs, mes traumas ici et ). Merci de m’avoir fait comprendre qu’ils étaient des Humains en souffrance en leur redonnant leur vulnérabilité et leur beauté. Merci de m’avoir laissé la place pour réunir tous les morceaux que j’avais en moi pour renaître à nouveau. Merci : c’est dans ton amour que j’ai trouvé la paix en moi. Merci : c’est sur notre chemin côte à côte que j’ai trouvé la sérénité qui a fait pousser mes ailes. Merci de m’avoir fait découvrir ce qu’est l’amour inconditionnel.

Je t’aimais déjà avant de te rencontrer (je fais partie des gens qui croient en la réincarnation…et ça fait plusieurs fois qu’on se tourne autour tous les deux). Je t’aime aujourd’hui pour tout ce que tu es. Je t’aimerai mieux demain, de plus loin.

Et d’ailleurs je vous aime aussi. Merci d’être là <3

En écrivant cette lettre à moi-même dans mes pages du matin, j’ai réalisé que cela ressemblait beaucoup à la philosophie de Ho’oponopono (du coup je vous en parlerai un peu plus, rapidement).

Photo d’une carte que j’avais achetée au Village des pruniers il y a un an 1/2 mais dont je n’avais pas vraiment réussi à comprendre la vérité des mots, merci encore Thich Nhat Hanh.

Remonter en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :