Slasher ?
Ce n’est pas un gros mot, mais une nouvelle définition trouvée par Clyne (la reine de Wiki et des belles trouvailles) qui m’a dit : Hiiiiiiiiiii j’ai enfin trouvé ton métier !
Elle avait raison (chut, ne le lui dites pas trop, elle va prendre la grosse tête) et j’ai trouvé mon métier : Je suis un slasher (on ne le dit pas au féminin, je crois) (une explication par ici).

Je suis donc simplement (ou pas) une personne qui, comme les artistes, passe d’un projet à l’autre. Il n’empêche que cela ne simplifie pas la réponse à la question : « Mais tu fais quoi dans la vie ? »  A cette question, on peut ajouter le sous-entendu « Tu fais quoi, pour de vrai ? » ou « C’est quoi exactement ton métier ? »

Heu …

Depuis 2011 (date où j’ai créé ma première société avec un super associé), cette réponse n’est pas évidente car j’ai commencé à cumuler les activités. J’ai cumulé les métiers pour le plaisir et aussi pour pouvoir payer le loyer !

J’ai des compétences de conseil en communication (digital principalement) et un réseau que j’aime mettre en relation. Il y a des clients avec leurs besoins et leurs contraintes (budgets, planning etc) et des professionnels avec leurs disponibilités et leurs compétences. Je passe donc au filtre la demande du client pour chercher à la comprendre, bien au delà du brief, et à imaginer le « et après » qui souvent peut faire évoluer les contraintes techniques.

Grâce à toutes ces compétences, j’ai cumulé en même temps : la réalisation de sites web + agence de production audiovisuelle + ma propre société feu la conciergerie « Bulle Beauté » + du bénévolat de compétence en stratégie digitale. + le coaching de personnes qui voulaient changer de vie (comme Elodie)
J’ai pu, grâce à cela : organiser des backstages beauté d’un défilé de mode, filmer Google et ses clients, aider des personnes à se reconvertir professionnellement, gérer un shooting photo pour La Roche Posay, créer des bars à voyances et à ongles pour des CE, accompagner des passionnés à changer de vie, rendu des mariées belles et heureuses, amélioré la visibilité de personnes talentueuses, ré-organisé des outils de communication et calmé les angoises (en arborescences comme les pensées) d’indépendants.

Ma réalité de 2011 à 2015 c’était de transformer une idée – rêve – envie en projet concret et réalisable.

Depuis presque 2 ans, j’ai ajouté de nouvelles cordes à mon arc. J’ai découvert l’énergétique en tant que praticien (j’étais déjà patiente depuis de nombreuses années) et cela a bouleversé ma vie tant personnelle que professionnelle.

En 2016, j’étais un slasher encore plus perdu… (la suite demain)(c’est déjà tellement long)

Et vous, slasher ou passion unique ?

Remonter en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :