Ce n’est plus un secret pour personne je suis une runneuse (et pas que du dimanche). Je fais partie du clan des « régulières qui se shootent aux endorphines » mais qui tentent de préserver leurs articulations et pieds. Bref, je ne cherche pas les scores de dingues mais plutôt le dépassement de moi.

Grâce à ma copine Noémi et son super blog, nous avons créé une team pour la course We own the night de Nike à Paris. L’objectif de cette Trendymood crew était surtout de passer un bon moment ensemble et c’est chose faite.


La Trendymood crew pour la We own the night

Nous sommes le dimanche 8 juin. Tout le monde se plaint du temps et pour cause : il fait 25° le matin et on attend avec impatience les orages pour rafraîchir l’ambiance parisienne un peu trop torride.
Nous sommes toutes arrivées avec nos kway, mais la pluie n’était pas au rendez vous et il a fallu supporter la chaleur.


Le dossard génial qui s’accroche à la chaussure et ne te gêne pas !!

Mon état d’esprit ? Un peu stressée bizarrement car, alors que j’ai déjà couru 10km et que je cours presque tous les jours (avec, en ce moment, petite baisse de forme et de motivation), pourquoi cette boule au ventre ?
C’est une vraie course. Il y a une marée humaine de filles en t-shirt vert d’eau et short (très souvent noir ce qui renforce le côté armée humaine). Nous sommes 8500 femmes réparties dans nos sas en fonction de nos objectifs de temps pour la course.

Je suis dans le clan des débutantes avec le timing « plus d’une heure » car mon objectif est clair : finir avec le sourire, et pas davantage (vous le savez, je cherche à mieux vivre mais plus à vouloir être parfaite ou dans la recherche de la perfection). Heureusement pour moi, Noémie partageait les mêmes envies.


Ah oui, on est loin de la ligne de départ mais on peut jouer au ballon quand même

Ensuite, tout se passe très vite. Petit échauffement en musique, mais comme nous sommes tout au fond, on n’entend pas trop. On se prend en photo et on prend les groupes de copines en photos. On échange des sourires un peu nerveux (de débutantes, car c’est une première fois pour beaucoup). On fait quelques mouvements d’échauffement sans grande conviction… On entend le Go du départ, mais non ce n’est pas pour nous… c’est le premier sas des gazelles qui sont en train de speeder.

Je regarde autour de nous et il y a peut être 30/ 40 filles derrière nous. J’essaie de combattre mon stress en me disant que je ne serai pas bousculée par si peu de monde. On avance doucement par palier et hop la course débute. On passe sous les ballons, on cherche ses amis sur les gradins et on commence à discuter courir.

La course est difficile car la chaleur est suffocante (moi qui aime courir l’hiver), le parcours a beaucoup de montées (mais je ne connais pas le coin donc je découvre au fur et à mesure), le sol est du bitume (j’ai l’habitude de courir dans les bois) et il fait vraiment chaud (ah mince je l’ai déjà dit hihi).


Le tunnel incroyable boite de nuit qui motive bien au 8e km

Je suis fière car nous avions mal (Noémi à la hanche et moi avec mes ampoules) mais nous n’avons fait  ni pauses ni arrêts. Nous avons parlé pendant les 1h10 de la course. J’avoue que cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas vues donc on avait plein de bonnes nouvelles à rattraper. Pour certains, cela ressemble plus à un footing du dimanche qu’à une véritable course. Mais c’était parfait pour moi comme première expérience.

Ma deuxième fierté est que j’ai réussi à faire un sprint sur les 300 derniers mètres malgré la fatigue et le mal aux pieds.

Ma troisième (je vous ai dit que je compte mes petites victoires !!) est que nous avons remonté le courant des runneurs. Nous avons fini 4495 sur 8500. C’est un petit score si on le compare à la super sportive Marinette ou les gazelles de mon équipe Violaine, Malvina et  notre incroyable Pauline et son 49min.
Donc on ne se comparera pas, car là n’est pas l’objectif : il faut nous imaginer en train de doubler 4440 personnes tout en discutant de notre vie. On a adoré entendre les commentaires des filles fatiguées « Pfiou elles vont vites et en plus, elles parlent… »


Petit souvenir de la Trendymood Crew (crédit photo Violaine)


Petit souvenir 100% Nike de la Trendymood Crew (crédit photo Violaine)

Morale de cette course entre copines : tout est une question de challenge personnel. Je crois que tout le monde a réussi le sien sans jalouser ou se moquer des autres. Chacune a profité de participer ensemble à cette matinée un peu spéciale. Toutes sont reparties avec le sourire, de nouveaux challenges et quelques courbatures !

Et vous, c’est quoi votre objectif running ?

Remonter en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :