Vous avez dû en entendre parler. Le 7 novembre les femmes sont « appelées » à ne plus se rendre à leur travail jusqu’à la fin de l’année. C’est une bonne façon d’utiliser la calendrier pour rendre réel l’impact de cette différence qui, ramenée à un pourcentage, ne semble pas si grave que ça… alors que oui, plus d’1 mois 1/2 de vacances en plus dans l’année, on serait preneuses, non ? Avouez !

Je reste quelqu’un d’optimiste (sinon je ne ferais pas le métier que je fais) sur le fait qu’un jour on réalise que c’est plus préjudiciable pour l’entreprise et la société de continuer à faire une différence de salaire sur des critères (sexe, diplômes, âge, etc) plutôt que sur des réalisations. Je n’ai pas dit sur le succès, mais bien sur le mérite et l’efficacité. Oui je suis une utopiste et fière de l’être !

En revanche, ce que je ne comprends pas ce sont les initiatives de porter du rouge pour protester. Le but est il de nous stigmatiser encore plus dans notre position de pauvre victime mal payée ? Pourquoi ne pas inviter sur les plateaux TV et proposer des petits kits de « comment bien demander une augmentation » ? Car au final, si toutes les femmes en poste, dans des secteurs qui n’ont pas de grilles tarifaires (car j’espère que dans ce cadre il est impossible de tricher…j’ai bien dit, j’espère), demandaient un rdv le 7 novembre et faisaient une longue et belle file d’attente devant le bureau des RH… Vous ne pensez pas que l’impact serait plus intéressant ?

Petite pause rigolote avec cette fausse publicité géniale qui fait grincer des dents et rigoler en même temps

Je sais que parler d’argent c’est « sale » en France, mais regardez où cela nous mène. Divisez pour mieux régner. Une bonne vieille astuce qui fonctionne très bien. Donc non je n’ai pas (encore) pensé à une méthodologie pour demander une augmentation, mais déjà affichez votre salaire sur votre bureau ou votre veste et passez votre journée de demain à demander à vos collègues combien ils gagnent.

Ensuite, ensemble, vous femmes (et les pauvres hommes payés comme des femmes), allez vous rebeller ensemble ou adaptez vos horaires. Je ne fais pas un appel à la révolution, mais je rappelle juste ici que de porter une couleur de vêtement c’est passif et discriminant, alors qu’oser aller demander ce à quoi on a le droit c’est couillu (merde, décidément le courage ne sera jamais féminin), c’est courageux et beau.

Je serai heureuse de lire vos idées à vous, pour en faire une compilation, éviter d’en reparler l’année prochaine et en faire un marronnier.

Alors c’est quoi vos idées et actions pour demain ?